Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Le monument à Alexandre Dumas (1883)

Place du Général-Catroux

y1c4_gnralDumasMoncel     gauffier général dumas

A gaucheAlphonse Perrin de Moncel (1866-1930)Monument au général Dumas, 1913, bronze, autrefois place Malesherbes (actuelle place du Général-Catrtoux), enlevé et détruit en 1942

A droite : attribué à Louis Gauffier (1762-1801)Portrait d’un chasseur dans un paysage, dit Portrait du général Dumas, Bayonne, musée Bonnat

Créée sur l’emplacement d’un parc en 1862, l’actuelle place du Général-Catroux s’appela « Malesherbes », avant d’être rebaptisée en hommage à l’un des principaux généraux (Georges Catroux) à rallier De Gaulle après l’appel du 18 juin.

Elle avait longtemps conservé le surnom de « place des Trois Dumas », ayant servi d’écrin à trois monuments consacrés aux hommes d’une même famille : Thomas Alexandre Davy de La Pailleterie (1762-1806), général de la Révolution française, dit le général Dumas ; son fils Alexandre Dumas, père des Trois mousquetaires, et son petit-fils, Alexandre Dumas Fils, l’auteur à succès de La Dame aux camélias.

 Le général Dumas, mulâtre de Saint-Domingue (Haïti), fut le premier général ayant des origines afro-antillaises de l’armée française. Choisi par Bonaparte pour commander la cavalerie d’Orient, il avait pris ses distances avec le Premier Consul, puis obtenu, en 1799, le droit de quitter l’Egypte et de rentrer en France. En 1802, la loi rétablissant l’esclavage sur tout le territoire français, précipita sa retraite anticipée de l’armée. Par cette loi, « tout officier ou soldat de couleur » fut exclu de la carrière militaire. Le général Dumas mourut à Villers-Côterêts, le 26 février 1806, « après avoir risqué soixante fois sa vie pour la France », selon les termes employés par Anatole France, lors de la campagne en faveur d’un monument, à Paris, à la mémoire de ce héros.   

 Le monument du général Dumas vit le jour à la veille de la Première guerre mondiale, discrètement inauguré par le dessinateur Francisque Poulbot, le 27 mai 1913. Il se composait d’une statue en bronze du héros, sur un piédestal en pierre. Le sculpteur Alphonse Perrin de Moncel (1866-1930) y reprit peut-être l’attitude fière et élégante d’un portrait peint attribué à Louis Gauffier : l’homme y tend l’un de ses bras pour saisir le canon de son fusil, dont la crosse est posée à ses pieds. Ce monument disparut à la suite de la loi du 11 octobre 1941 du gouvernement de Vichy sur l’enlèvement des statues métalliques en vue de leur fonte.

   

monument dumas 3

Gustave Doré (1832-1883)

Monument à Alexandre Dumas, 1882-83, bronze, Paris, place du Général-Catroux

En 1913, le monument du général Dumas, héros des guerres du Consulat, rejoignait, sur cette même place, les deux monuments érigés en l’honneur de son fils et de son petit-fils, tous deux écrivains à succès. Le monument érigé, en 1883, à Dumas Père fut l’ultime composition de Gustave Doré, surtout connu en tant que graveur et illustrateur. Doré représente, sur un haut piédestal, la figure de l’écrivain, assis dans un fauteuil, avec les attributs habituels du génie littéraire : la plume et le manuscrit. 

monument a dumas

Au pied du socle, la figure de D’Artagnan, héros bien connu des Trois Mousquetaires, tenant sa rapière hors du fourreau, semble monter la garde.

monument dumas 2

De l’autre côté, le sculpteur dispose trois figures représentant un forgeron, portant son regard au loin, une femme, tenant un livre ouvert dont elle fait la lecture, et un étudiant, le regard plongé dans l’ouvrage, captivé par le récit. Ces trois figures incarnent en quelques sortes une allégorie réelle de La Lecture.

monument à Dumas Fils

René de Saint-Marceaux (1845-1915)

Monument à Alexandre Dumas Fils, 1906, pierre, Paris, place du Général-Catroux

En 1906, le sculpteur René de Saint-Marceaux conçut le monument dressé en l’honneur de Dumas Fils, qui avait vécu dans un hôtel particulier de l’avenue de Villiers. Le sculpteur représente l’écrivain en costume de travail, au sommet d’un socle autour duquel un groupe de figures féminines forme une ronde ascendante. L’écrivain tient une plume et appuie la main sur quelques feuilles de papier enroulées. Les figures de la ronde symbolisent les émotions des personnages de fiction imaginés par l’écrivain : La Douleur, La Résignation, La Jeunesse… 

DSCF2086

Depuis 2009, une sculpture en bronze monumentale représentant des fers d’esclaves brisés, réalisée par le plasticien Driss Sans-Arcidet, rend à nouveau hommage au général Dumas, né esclave et mort en homme libre, à l’emplacement de la statue détruite.

.
 
  • juillet 2019
    L Ma Me J V S D
    « août    
    1234567
    891011121314
    15161718192021
    22232425262728
    293031  

THEATRE POUR TOUS -Associa... |
Carton86passion |
6bdessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les anciens de terre et feu
| Nadège'art
| Julien Lepers official inte...