Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2014

L’église Saint-Ferdinand-et-Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus (1938-1957)

Angle des rues Saint-Ferdinand et d’Armaillé

Saint Ferdinand des Ternes façade 2

Depuis 1828, une petite chapelle avait été accordée aux habitants du quartier des Ternes, alors rattaché à la ville de Neuilly. En 1842, la municipalité décida de bâtir un édifice plus convenable pour répondre à l’accroissement de la population et en confia le chantier à l’architecte Paul-Eugène Lequeux (1806-1873). Pour cela, elle fit l’acquisition d’un terrain issu du domaine de la famille d’Armaillé, noblesse de robe angevine, qui avait fait bâtir un manoir au XVIIIe siècle. Achevée en 1847, l’église érigée par Lequeux prit le nom de « Saint-Ferdinand-des-Ternes » en mémoire du duc Ferdinand-Philippe d’Orléans, mort à la suite d’un accident de voiture hippomobile sur le territoire des Ternes.

Cet hommage au prince décédé intervenait en même temps que l’érection d’une chapelle Saint-Ferdinand, voulue par la reine Amélie et conçue par l’architecte Pierre-François-Léonard Fontaine. Cette chapelle Saint-Ferdinand (désormais église Notre-Dame-de-Compassion), souvent confondue avec l’église de Lequeux, se dressait le long de la route de la Révolte, à l’emplacement de la maison où le duc d’Orléans rendit son dernier soupir. Elle se situe aujourd’hui sur la place du Général-Kœnig.

En revanche, l’église Saint-Ferdinand-des-Ternes a disparu. Rapidement jugée trop petite, elle fut agrandie en 1875-77, puis remplacée par l’église actuelle, bâtie dans un style romano-byzantin. 

Conçue par les architectes Paul Théodon, Frédéric Bertrand et Pierre Durand, la nouvelle église est dotée d’une crypte dédiée à sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Sa façade principale, surmontée d’un clocher-mur à deux étages d’arcades, est percée de trois portails qui reprennent la division tripartite des églises médiévales. Ils s’insèrent entre les retombées de trois baies en plein cintre doublant les arcades du mur-clocher. Au-dessus de chaque portail, Georges Muguet (1903-1988) sculpte trois bas-reliefs monumentaux représentant Saint FerdinandLe Christ en croix et Sainte Thérèse.    

Saint Ferdinand des Ternes 2

Georges Muguet (1903-1988)

Le Christ en croix, avec la Vierge et saint Jean, 1957, relief en pierre, Paris, église Saint-Ferdinand-et-Sainte-Thérèse-de l’Enfant-Jésus

.
 
  • octobre 2014
    L Ma Me J V S D
        nov »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  

THEATRE POUR TOUS -Associa... |
Carton86passion |
6bdessins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les anciens de terre et feu
| Nadège'art
| Julien Lepers official inte...